Sarah Gruszka

Docteure en Études slaves depuis 2019, diplômée de Sorbonne Université, de Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’Institut National des Langues Orientales de Paris, Sarah Gruszka s’intéresse principalement aux subjectivités soviétiques, en particulier à l’époque stalinienne et pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans la lignée des études historiennes des formes scripturaires du passé, ses recherches s’appliquent à interroger, dans une perspective pluridisciplinaire, la pratique diariste en temps de crise. En 2019, elle a soutenu une thèse de doctorat intitulée « Voix du pouvoir, voix de l’intime. Les journaux personnels du siège de Leningrad (1941-1944) » qui a obtenu le Prix solennel de la Chancellerie des Universités de Paris.

Un autre pan de ses travaux s’inscrit dans les études mémorielles en lien avec la Seconde Guerre mondiale.

En tant que post-doctorante au sein du projet de recherche international Horizon 2020 « Visual History of the Holocaust : Rethinking Curation in the Digital Age », Sarah Gruszka fait partie de l’équipe en charge du volet soviétique, porté par le CERCEC, qui consiste à collecter, analyser et numériser les images filmées par les opérateurs rattachés à l’Armée rouge au moment de la découverte des lieux d’atrocités commises par les nazis, ainsi que les photographies et les témoignages des citoyens des pays d’Europe de l’Est portant sur l’occupation nazie, les massacres et la libération.

Sarah Gruszka co-dirige également un projet de recherche « Le Cadavre en Représentation. Dire et montrer le corps mort dans la littérature et les arts russes des origines à nos jours », pour lequel elle co-anime un séminaire de recherche à Eur’orbem (Sorbonne Université / CNRS).

Elle est membre du CERCEC, du Groupement de recherche Empire russe, URSS et monde post-soviétique et membre associé de l’EUR’ORBEM (CNRS / Sorbonne Université, « Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane », UMR 8224) où elle est rattachée à l’équipe CIRRUS (« Centre interdisciplinaire de recherches sur la Russie »).

Bibliographie

PUBLICATIONS (BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE)

  • Direction
    • Co-direction du numéro spécial de la Revue des études slaves, « Ego-documents en Russie du Moyen Âge à nos jours »,tome 92, fascicule 1, 2021.
  • Articles
    • « Les Carnets de la ville morte : Dostoïevski dans Leningrad en état de siège (1941-1944) », Revue des études slaves, tome 92, fascicule 3, 2021, p. 639-654.
    • « La subjectivité dans les ego-documents russes : entre l’individuel et le collectif », Revue des études slaves, tome 92, fascicule 1, 2021, p. 9-22.
    • « Les monuments de la Seconde Guerre mondiale, de Leningrad à Saint-Pétersbourg : l’impossible renoncement au modèle héroïque ? », Mémoires en jeu. Revue critique interdisciplinaire et multiculturelle sur les enjeux de mémoire, n° 13 (printemps 2021), p. 62-69.
    • «Память о блокаде Ленинграда между стагнацией и динамизмом: Мемориальные практики », Неприкосновенный запас, n° 128 (2019/6), p. 119-141.
    • « Le siège de Leningrad en quête de commémoration, 77 ans après », Mémoires en jeu. Revue critique interdisciplinaire et multiculturelle sur les enjeux de mémoire, n° 8, hiver-printemps 2018-2019, p. 152-156.
    • « Inquiétante étrangeté, inquiétante familiarité à l’ère soviétique. La langue officielle et le discours de l’intime en situation de polyphonie dans les ego-documents et dans les textes littéraires soviétiques », Revue électronique de littérature générale et comparée (labélisée Presses de la Sorbonne Nouvelle), n° 21, 2017 (co-auteur : Cécile Rousselet).
    • « Mots du pouvoir et de l’intime dans Leningrad assiégé », Revue Russe, 42, 2014, p. 53-64.
  • Contribution à des ouvrages collectifs
    • « Servir et maudire le pouvoir : la dualité de l’écrivain sous Stalin (à partir du cas d’Ol’ga Berggol’c) », in Des écrivains face à la persécution, au massacre de masse et au génocide, sous la direction de Luba Jurgenson et Atinati Mamatsashvili, Paris, éditions Pétra, 2021, p. 45-74.
    • « Как писать “я” в эпоху “мы” ? Поиски идеологически допустимого дневника во время ленинградской блокады », inКонструируя «советское»? Политическое сознание, повседневные практики, новые идентичности, СПб., Издательство Европейского университета в Санкт-Петербурге, 2019, p. 28-35.
    • « Civilisation versus L’Ennemi sous la plume des Léningradois assiégés », in Russia, Oriente slavo e Occidente europeo Fratture e integrazioni nella storia e nella civiltà letteraria [Fractures et intégrations entre la Russie, le monde slave-oriental et l’Occident à l’époque moderne et contemporaine], sous la direction de Claudia Pieralli, Florence, Firenze University Press, série Biblioteca di Studi Slavistici, 2017, p. 151-176.
    • « Une écriture de la catastrophe dans Leningrad assiégé (1941-1944) », in Sous la glace et les débris du temps. Front de l’Est et bombardements en Europe, sous la direction de Caroline Bérenger et Viviana Agostini-Ouafi, Paris, Indigo, collection « Archives plurilingues et témoignages », 2017, p. 91-106.
  • Notices d’encyclopédie

Pour l’Encyclopédie critique du Témoignage et de la Mémoire, dirigée par Philippe Mesnard et Luba Jurgenson    http://memories-testimony.com/

    • Notices « Blocus »
    • Notices « Grande Guerre patriotique »
    • Notices « Dystrophie » (à paraître)