Axe 3_Approches politiques du religieux et des identités confessionnelles

L’intérêt porté à la religion dans les recherches du Cercec a d’abord été envisagé dans un questionnement plus large sur l’administration de la diversité identitaire au sein de l’Empire russe et de l’URSS. L’usage politique du religieux – institutions, confessions, identités, rituels – caractérise davantage l’orientation donnée aux nouveaux projets de recherche élaborés sur le XXe siècle ou la période actuelle. Le « retour du religieux » sur la scène politique et sociale des pays de l’ex-URSS s’impose en effet comme un phénomène durable et particulièrement prégnant. Le facteur religieux dans l’affirmation et/ou la distinction politique des sociétés traverse également d’autres projets de recherche, par exemple sur les Arméniens du Caucase ou sur le rôle joué par les confessions comme opérateur de frontières dans les confins orientaux de l’Europe contemporaine.

L’usage politique de l’orthodoxie en Géorgie

A travers les prismes de l’éducation, du patrimoine culturel et des rites sacrés, les recherches sur l’orthodoxie en Géorgie contemporaine interrogent simultanément les stratégies des élites dans l’instrumentalisation du religieux et les configurations tant structurelles qu’historiques de la société géorgienne, afin d’éclairer la place dévolue à l’orthodoxie sur la scène politique nationale. Elle rejoint, de ce point de vue, d’autres études menées en coopération ponctuelles ou régulières avec le Cercec qui se concentrent sur la place prise par l’acteur religieux sur la scène politique de la Russie contemporaine. Ainsi, notamment, l’engagement de la hiérarchie ecclésiale russe dans la réforme sur la justice des mineurs.

L’hétérogénéité religieuse dans la région de la Volga-Oural

La dimension pluri-confessionnelle de la région de la Volga-Oural constitue la problématique d’une nouvelle recherche portant sur l’appréhension politique de la diversité entre Islam et orthodoxie durant la période du dégel (1953-1964). En utilisant des sources administratives tant locales que moscovites, et en s’appuyant sur des enquêtes orales, ce projet vise à reconstituer la politique menée par le régime soviétique face à cette hétérogénéité religieuse.

Le religieux durant la période impériale

L’usage du religieux dans la politique extérieure russe constitue l’un des angles d’approche d’une recherche consacrée à la question d’Orient russe et à sa dimension proche-orientale entre la fin du XVIIIe siècle et la Révolution. De même, une étude est menée sur les catégories politiques du monde orthodoxe à l’époque moderne, qui s’applique à la construction de l’espace balkanique après la chute de Constantinople.

Sont impliqués dans ce thème Silvia Serrano, Anne-Marie Loszoncy (associée), Xavier Le Torrivellec (associé), Kathy Rousselet (associée), Radu Paun, Claire Mouradian, Elena Astafieva.