Laurent COUMEL

Chercheur contractuel (ANR EcoGlobReg)

Après une thèse consacrée à la réforme de l'enseignement secondaire et supérieur de 1958 en URSS, j'étudie l'histoire environnementale de la Russie-URSS dans la seconde moitié du XXe siècle, dans ses aspects juridiques (la législation dite de "protection de la nature" dans cette république), sociaux et culturels : acteurs, débats et formes d'émergence des questions écologiques, mais aussi enjeux mémoriels et patrimoniaux des conflits et des usages environnementaux. Depuis juillet 2014 je suis chercheur sous contrat CNRS dans le cadre du projet ANR-DFG franco-allemand "EcoGlobReg"

  • « Les lacs de la discorde : une histoire transnationale et localisée des conflits environnementaux et de la fabrique des territoires en Russie (années 1960-2000) », projet EcoGlobReg
  • « Rapprocher l'école et la vie : Dégel et réformes dans l'enseignement soviétique (1953-1964) » (thèse soutenue à l'université Paris 1 en 2010, publiée en 2014 aux Presses du Mirail - Méridiennes)

COORDONNÉES
ADRESSE : 44 rue de l'Amiral Mouchez 75014 Paris
MEL : lcoumelENLEVER{at|arobase}ENLEVERgmail.com

Description des recherches

Membre du Conseil d'administration du RUCHE

Séminaire à l'EHESS

"L'Environnement à l'Est: identités et territoires" (avec Marie-Claude Maurel, Marie-Hélène Mandrillon et Marc Elie)

(auparavant intitulé "Histoire environnementale des mondes communistes")

Projets de recherche

« Les lacs de la discorde : une histoire transnationale et localisée des conflits environnementaux et de la fabrique des territoires en Russie (années 1960-2000) »

dans le cadre du groupe de travail sur "l'histoire environnementale du communisme" au CERCEC (dans l'axe 5)

et du projet franco-allemand ANR-DFG EcoGlobReg

J’étudie les fondements, la genèse et l’impact de la législation environnementale en Russie soviétique à partir de la fin des années 1950 et jusqu’à la période gorbatchévienne, voire au-delà. Cette recherche porte en particulier sur les milieux scientifiques et universitaires qui ont influencé le pouvoir politique, ainsi que sur le contexte mondial de prise de conscience et d’institutionnalisation des questions environnementales. J’ai commencé à dégager les stratégies des différents acteurs face à l’émergence de la législation environnementale en Russie soviétique, depuis la fin des années 1940 jusqu’à la loi « sur la protection de la nature » du 27 octobre 1960. Affiche de la Société Panrusse de Protection de la Nature (VOOP), 1960 : "Adhérez à la VOOP".

En particulier, j’évalue l’impact et la portée de cette loi dans les décennies suivantes, en termes de prise en compte de l’environnement dans les projets économiques, mais aussi en termes de mobilisation et de renouvellement des acteurs sur cette question. A partir de 1960 apparaissent en effet des « brigades (détachements) de protection de la nature » dans les facultés de biologie et de géographie de plusieurs universités de RSFSR. Regroupant à la fois des enseignants et des étudiants, elles jouent un rôle ambigu dans la diffusion et la place des préoccupations environnementales : outil de légitimation du pouvoir pour les uns, elles ont pu constituer un terrain favorable à l’émergence de réseaux militants dans les dernières décennies du régime soviétique.

Parallèlement, la question environnementale entre à partir des années 1950 dans les programmes d’études de l’enseignement supérieur d’abord, puis secondaire : cet aspect de la construction des préoccupations environnementales dans le monde communiste et en particulier en URSS, en interaction avec d'autres pays d'Europe centrale et orientale, est encore largement méconnu. A une époque où les milieux scientifiques ont acquis une influence non négligeable dans le système soviétique, même si elle se heurte à d’autres acteurs et à d’autres logiques (idéologiques, politiques, économiques surtout), l’analyse de cette émergence de l'éducation à l’environnement permet de montrer des tensions intérieures, mais aussi d’établir des parallèles avec les autres pays industrialisés.

Il s'agit aussi de mettre en lumière les échanges et les contacts internationaux, après l’entrée en 1956 de l’URSS dans l’Union Internationale pour la Protection de la Nature (UIPN, créée en octobre 1948 à la suite d'une conférence internationale organisée à Fontainebleau), au moins jusqu’à 1972 – année de la première conférence des Nations Unies sur l’Environnement à Stockholm, boycottée par l’URSS pour des raisons géopolitiques mais activement préparée par les scientifiques et les défenseurs de l’environnement soviétiques.

Plusieurs exemples en Russie centrale, analysés aux échelles locales et régionales visent à montrer le lien entre protection et patrimonialisation de l'environnement : il s'agit des aménagements de la zone touristique du lac Seliger, et des conflits d'usage et d'aménagement dans la vallée de la rivière Oka, ainsi que de l'opposition au projet de construction du barrage de Rjev.

Brief description of research interests / manuscript in progress
My research focuses on the history of "nature protection" in its social and political context in Soviet Russia in the second half of the 20th century. I began to study the 1960 law, its origins and its consequences, including the renewal of environmental movement in this republic (especially in academic circles: scientists and students). Currently, I study the expression and influence of environmentalism in the Upper Volga region (including lake Seliger) from the 1960s to the 1990s and beyond, in terms of use conflicts with tourism development planning and of heritage and national values. In this book-length project, I would like to help understanding the place and role of the environment in the recent social and cultural history of Russia, in a transnational perspective. Temporary title: « Understanding Russian Environment at the source: the Upper Volga Region between use conflicts and heritage building 1950-2000 »

 

 


 

Thèse de doctorat : « ‘Rapprocher l’école et la vie’ : Dégel et réformes dans l’enseignement soviétique (1953-1964) » soutenue le 26 mars 2010 à l'université Paris 1 sous la direction de Marie-Pierre Rey

Affiche soviétique de 1965 "Etudier de la vie, étudier pour la vie"

 Résumé :

Au milieu des années 1950, le projet éducatif soviétique est relancé pour des raisons économiques, sociales et idéologiques, parmi lesquelles le souci de démocratiser l’enseignement secondaire et supérieur, et de réhabiliter le travail manuel aux yeux de la population. Soutenu par Nikita Khrouchtchev, un processus de décision aboutit à la loi du 24 décembre 1958, dont le mot d’ordre est « rapprocher l’école et la vie ». Elle vise à accentuer le caractère polytechnique de l’enseignement et à favoriser les jeunes ayant une expérience dans les secteurs productifs de l’économie. Mais, loin de la version initiale voulue par Khrouchtchev, le texte final est le résultat d’un compromis qui traduit une vive contestation interne, à plusieurs niveaux. Le pluralisme qui s’exprime au cours du débat public dans la presse, mais aussi au sein de l’appareil du Comité central du Parti et des administrations concernées, illustre ainsi les ambiguïtés du Dégel en URSS. Surtout, il affaiblit la portée de la réforme, dont la mise en œuvre est très imparfaite au début des années 1960. En particulier, plusieurs scientifiques de premier plan développent un projet éducatif alternatif : sa réalisation contribue à une plus forte différenciation du système scolaire, avec la création d’établissements d’élite, véritable sphère d’autonomie pédagogique dans la « patrie du socialisme ».

 

“Bringing school closer to life”. Thaw and Reforms in Soviet Education (1953-1964) - Thesis (defended on 26 March 2010 at the University of Paris 1)

 

Abstract:

In the middle of the 1950s, the Soviet educational agenda is revived for economical, social and ideological motives, including the will to democratize secondary and higher learning and to reassert the value of manual labour for the Soviet population. Supported by Nikita Khrushchev, the decision process finds a conclusion in the law of December 24th, 1958, whose slogan is “strengthening the ties between school and life”. It aims at enhancing the character of polytechnic education and at promoting young people coming from the productive sectors of the economy. Far from the original draft supported by Khrushchev, the final text, though, is a compromise reflecting a sharp internal opposition, at several levelsof the Soviet State. The pluralism that emerged during the public debate, in the press, within the Party Central Committee apparatus as well asinside the relevant administrations, illustrates the ambiguities of theThaw in the USSR. Besides, it has narrowed the scope of the reform, whose implementation was far from perfect in the early 1960s. In particular, several leading scientists developed an alternative educational project which gave way to a stronger differentiation of the school system: theirelite institutions created a real sphere of pedagogical autonomy in the homeland of socialism”.

Bibliographie

Ouvrage


"Rapprocher l'école et la vie" ? Une histoire des réformes scolaires en Russie (1918-1964), Toulouse, PUM-Méridiennes, 2014. Voir le livre sur le site de l'éditeur.Rapprocher l'école et la vie Coumel 2014 couverture

 

 

 

Co-direction de revue à comité de lecture

Avec Marc ELIE, « Soviet and Post-Soviet environment: why it is so vulnerable? », numéro spécial de The Soviet and Post-Soviet Review, volume 40, 2, 2013 (voir les résumés en anglais ici)

Articles dans des revues à comité de lecture

Avec Marc ELIE, « A Belated and Tragic Ecological Revolution: Nature, Disasters, and Green Activists in the Soviet Union and the Post-Soviet States,1960s-2010 », The Soviet and Post-Soviet Review, 40, 2, 2013

« A Failed Environmental Turn? Khrushchev’s Thaw and Nature Protection in Soviet Russia », The Soviet and Post-Soviet Review, 40, 2, 2013

« L’appareil du parti et la réforme scolaire de 1958 : un cas d’opposition à Khrouchtchev », Cahiers du Monde russe, numéro spécial « Repenser le Dégel » sous la direction d'Eleonory Gilburd et Larissa Zakharova, n°47 / 1-2, 2006, p. 173-194

« Les appuis rhétoriques du pouvoir soviétique : étude de quelques discours de Nikita Khrouchtchev (1958-1960) », Hypothèses, 2003

 « Nicolas Lazarévitch et la Réalité Russe », Communisme, n°50, juin 2000

 Contributions dans des ouvrages collectifs

« The Scientist, the Pedagogue and the Party Official. Interest Groups, Public Opinion and Decision-Making in 1958 educational Reform », in Melanie Ilic, Jeremy Smith (dir.), Krushchev in the Kremlin : State and Society, Londres, Routledge, 2009, p. 66-85

« Sovetskie fiziki i voprosy obrazovaniâ : nepriâtie reformy 1958 g.  » (Les physiciens soviétiques et l’enseignement : résistances à la réforme de 1958), in V.P. Vizgin, A.V. Kessenih, Naučnoe soobŝestvo fizikov SSSR. 1950-1960e gody i drugie gody. Vypusk 2 (La communauté scientifique des physiciens d'URSS dans les années 1950-1960 et autres. Tome 2), Saint-Pétersbourg, Izdatel’stvo Russkoj Hristianskoj Akademii, 2007, p. 197-208

Autres articles

« François Mitterrand et l’URSS », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°101-102, 1er-2ème semestres 2011

«L’enseignement à l’époque de Khrouchtchev : un dégel pédagogique ? » (en russe), Neprikosnovennyj Zapas, n°2 (28), 2003

« L’intelligentsia pédagogique et le pouvoir en URSS : les tensions autour de la réforme scolaire de 1958 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin n°14, 2002

« L’URSS dans l’histoire des relations internationales. L’apport des nouvelles archives » (entretien avec Sabine Dullin et Marie-Pierre Rey), Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n°11, printemps 2001

« Moscou, 1960 : la fondation de l’Université de l’Amitié des Peuples », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin n°12, 2001

« Un militant anarchiste lit la presse soviétique : La Réalité Russe, 1950-1958 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n°9, 1999

Travaux scientifiques

« ‘Rapprocher l’école et la vie’ : Dégel et réformes dans l’enseignement soviétique (1953-1964) », thèse en vue de l’obtention du doctorat d’histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, soutenue le 26 mars 2010, 3 vol., 719 p., ill., bibliogr., index.

« Les enseignants et le pouvoir en URSS autour de la réforme scolaire de Nikita Khrouchtchev (1958) », mémoire présenté pour le DEA « Histoire contemporaine des mondes étrangers et des relations internationales » de l’Université Paris 1, 2000, 150 p., bibliogr.

« Entre propagande et information : La Réalité Russe, 1950-1958 », mémoire de maîtrise d’histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1997, 135 p., ill., bibliogr., index.

Comptes rendus de lecture

Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, 2001 dans Neprikosnovennyj Zapas, n°5 (25), 2002

Jean-Paul Depretto, Pour une histoire sociale du régime soviétique (1918-1936), Paris, 2001 dans Communisme, n°70-71, 2002

Sheila Fitzpatrick, Le stalinisme au quotidien. La Russie soviétique dans les années 30, Paris, 2002 dans Cahiers du Monde russe, n°43/4, 2002

Aleksandr V. Shubin, Ot « zastoia » k reformam. SSSR v 1917-1985 gg. [De la stagnation aux réformes. L’URSS 1917-1985], Moscou, 2001 dans Communisme, n°74-75, 2003

(avec Benjamin Guichard) Natalia B. Lebina, Aleksandr N. Chistikov, Obyvatel’ i reformy. Kartiny povsednevnoj zhizn’ grazhdan, [L’homme de la rue et les réformes. Tableaux de la vie quotidienne des citadins], Saint-Pétersbourg, 2003 dans Lettre de Russie (bulletin diffusé par internet), n°1, mai 2004

(avec Marc Elie) Aleksandr V. Pyžikov, Hruŝevskaâ « ottepel’ », 1953 –1964 [Le ‘Dégel’ khrouchtchévien, 1953 – 1964], Moscou, 2002 dans Lettre de Russie (bulletin diffusé par internet), n°2, septembre 2004

Petr Vajl’, Aleksandr Genis, 60-e. Mir sovetskogo čeloveka [Les années soixante. Le monde de l’homme soviétique], Moscou, 2001 (3ème édition) dans Cahiers du Monde russe, n°45/3-4, 2004

Ben Eklof, Larry E. Holmes, Vera Kaplan (éd.), Educational Reform in Post-Soviet Russia : Legacies and prospects, Londres et New York, 2005 dans Histoire de l’éducation, n°109, 2006

Emmanuel Droit, Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989), Rennes, 2009 dans Histoire de l’éducation, n°127, 2010

Borodkin L.I. et alii (dir.) « Sovetskoe nasledstvo ». Otrazhenie proshlogo v sotsial'nykh i ekonomicheskikh praktikakh sovremennoi Rossii [« L’héritage soviétique » : le reflet du passé dans les pratiques sociales et économiques de la Russie contemporaine], Moscou, 2010 dans Cahiers du Monde Russe, n°51/4, 2010

Larry E. Holmes, Kirov’s School NO. 9 : Power, Privilege, and Excellence in the Provinces, 1933-1945, Kirov, Loban, 2008, dans Histoire de l’éducation n°131, 2011

Tamara Kondratieva, Les Soviétiques : un pouvoir, des régimes, Paris, 2010 dans Le Mouvement social, 2012

Stephen Brain, Song of the Forest: Russian Forestry and Stalin's Environmentalism, Pittsburgh, 2011, dans Cahiers du Monde russe, 2013

Zsuzsa Gille, From the Cult of Waste to the Trash Heap of History: The Politics of Waste in Socialist and Postsocialist Hungary, Bloomington, 2007, dans Laboratorium: Russian Review of Social Research, 3, 2012

Paul Josephson et alii, An Environmental History of Russia, Cambridge, 2013 (à paraître)

Diane P. Koenker,Club Red: Vacation Travel and the Soviet Dream. Ithaca, 2013, dans Cahiers du Monde russe (à paraître)

Thomas Le Roux et Michel Letté, Débordements industriels: environnement, territoire et conflit, XVIIIe-XXIe siècle. Rennes, 2013, dans Le Mouvement social (à paraître)

 

Contributions dans des ouvrages et des travaux de vulgarisation

Notices «  L’enseignement supérieur » et « L'école et la pédagogie » pour l’exposition virtuelle Voyages en URSS (1956) coordonnée par Françoise Blum, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, 2008 [consultable en ligne : http://chs.univ-paris1.fr/Voyages/Index.htm ]

Leçon sur « La sortie progressive du totalitarisme en URSS », études « Khrouchtchev, la déstalinisation et ses limites » et « Gorbatchev, de la Glasnost à la disparition de l’URSS » et ensemble documentaire « L’URSS et son empire après la mort de Staline » dans le manuel d’histoire de Première (L, ES, S) de la collection dirigée par David Colon, Belin, 2011